スポンサーサイト

2014.01.08 Wednesday

0

    一定期間更新がないため広告を表示しています

    'ouvrit. sac voyage

    2013.11.27 Wednesday

    0

      Il était cinq heures dumatin. Le jour ne paraissait pas encore. M. de Belen n'appelait jamaisson valet de chambre pour le déshabiller. Il couchait dans une petitepièce attenante à son cabinet, et se contentait d'un hamac, en voyageurqui a connu les fatigues des longues et périlleuses entreprises. Ilentra dans sa chambre, après avoir soigneusement tiré les verrous quifermaient la porte de son cabinet; il commença à se dévêtir. Mais, aulieu de se coucher, il alla à un large coffre de bois exotique, garnid'énormes serrures, et l'ouvrit. sac voyage
      Il en tira successivement une blouse,un pantalon de toile bleue, qu'il endossa rapidement. Puis il prit unelanterne portative et l'alluma. Il glissa un pistolet dans sa poche.Cela fait, il sortit de sa chambre et se rendit par une galerie à laserre, que nous avons déjà décrite, et où avait eu lieu l'entretien demadame de Silvereal et d'Armand de Bernaye. Là, encore, il s'arrêta etécouta. Sûr de n'être pas épié, il écarta la touffe de yuccasgigantesques, dont les longues feuilles se refermèrent derrière lui.Puis, se penchant, il pressa un ressort dissimulé dans une fente duplancher. sac besace femme Une trappe glissa sur ses rainures. Il dirigea la lumière dela lampe sur l'ouverture béante. On eût dit un puits dont la profondeurse perdait dans l'ombre... Un instant après, M. de Belen avaitdisparu. sac cuir femme
      .. et la trappe, glissant de nouveau, effaçait toute trace deson passage.VSOUS TERRELe puits dans lequel notre personnage venait de s'introduire était deforme circulaire et maçonné. Il était évident que jadis il avait servide cage à un escalier régulier qui, depuis longues années sans doute,avait disparu. M. de Belen avait attaché la lanterne à son cou, de tellesorte que le rayon de lumière, partant de sa poitrine, éclairât en pleinla muraille fruste.

      スポンサーサイト

      2014.01.08 Wednesday

      0
        コメント
        コメントする