スポンサーサイト

2014.01.08 Wednesday

0

    一定期間更新がないため広告を表示しています

    ville. promo ralph lauren

    2013.12.10 Tuesday

    0

      Il a gagné plusieurs fois, m'a donnéde petites sommes d'argent. Nous sommes arrivés en Corse, le pays dugénéral, en traversant les côtes de Barbarie, et Tunisie[60]. Quand nousavons aperçu la côte de Corse, le général a envoyé le capitaine defrégate dans une chaloupe, pour faire dire aux autorités de la ville quele général Bonaparte arrive. Par ce temps-là, nous sommes arrivés etmouillé la frégate en rade, et nous avons vu arriver, dans les petitsbateaux, toutes les autorités de la ville et beaucoup de belles dames dela ville[61] pour féliciter le général de son heureux retour. Nous avonspas fait la quarantaine comme on fait ordinairement. Le général adébarqué une heure après son arrivée en rade, ensuite descendu dans lamaison qu'il était né. Je ne suis débarqué que le soir, à mon arrivéedans la ville. promo ralph lauren
      Le général il me fait demander comment je trouve son paysnatal. Je lui dis: «Très-bien, c'est un bon pays.» Il me dit: «C'estrien, quand nous serons arrivés à Paris, c'est bien autre chose!»À notre arrivée en Corse, on faisait la vendange; il ne manquait pas duraisin ni belles figues. C'était une régalade pour nous, car, en Égypte,nous n'avions pas de tout ça dans la maison que nous habitions. Il yavait plusieurs jolies femmes, qui avaient beaucoup de bonté pour moi,comme étant un étranger; mais, ce qui m'a fait plus de peine, c'est lebavardage de monsieur Fischer, qui avait dit au Général et au généralBerthier, que j'avais fait ma cour à plusieurs de ces dames, et j'avaisdonné vingt-cinq piastres.Nous sommes embarqués de nouveau dans la frégate, partir pour Toulon,mais le temps était si mauvais, nous sommes obligés de retourner encoreen Corse, et nous y avons été un jour entier et nous sommes partis, lejour après, pour Toulon. Chemin faisant, le Général et général Berthiercommencent à rire en me voyant, en disant: «Comment! Tu es plus habileque nous! Tu as eu déjà les femmes en France, et nous, nous en avons pasencore eu!» Je lui dis: «Je voudrais savoir qui ce qui vous a dit ça,car je pourrais vous assurer que c'est un mensonge. soldes polo ralph lauren Je n'ai rien eu etrien fait.» Et ils m'ont dit: «C'est Fischer qui l'a dit.» Mais j'étaisbien en colère contre ce vilain homme, d'avoir dit des menteries contremoi. J'étais si en colère que je voulais taper à Fischer.Quand nous étions à quelques lieues de Toulon, nous avons aperçu septvaisseaux anglais qui nous barraient le passage. L'amiral Ganteaume, quicommandait les frégates, a mis les deux frégates en défense et mis unechaloupe en mer, et attachée avec une corde après la frégate, en cas debesoin pour le général. Les Anglais, quoique encore bien éloignés denous, tiraient des coups de canon. ralph lauren store
      L'amiral Ganteaume a vu qu'il n'yavait pas moyen d'arriver jusqu'à Toulon, et nous avons laissé lesAnglais sur la route de Toulon, et nous avons pris celle de Fréjus enProvence, que nous étions pas bien éloignés, car nous voyions les côtes.Nous sommes arrivés, quelques heures après, dans la rade de Fréjus. LesAnglais venaient tout près de nous et tiraient quelques coups de canon,mais ça nous faisait pas de mal, parce que les batteries des côtes nousprotégeaient. Le général a envoyé, sur-le-champ, monsieur Duroc[62] àterre pour prévenir les autorités de la ville que c'est le généralBonaparte qui arrive. Après ça, les batteries des côtes ont tiréplusieurs coups de canon pour notre arrivée, et les deux frégates ontrépondu avec des salves de cinquante coups de canon. Après, nous sommestous débarqués, et nous avons été à pied jusqu'à la ville qui était à unpetit quart de lieue. Nous sommes arrivés de très-bonne heure.

      スポンサーサイト

      2014.01.08 Wednesday

      0
        コメント
        コメントする