スポンサーサイト

2014.01.08 Wednesday

0

    一定期間更新がないため広告を表示しています

    réduit. Vanessa Brunos sac pas cher

    2014.01.03 Friday

    0

      » On peut ajouter qu'il n'y en a pas qui ait excitéplus de haine contre l'ancien régime, qui ait valu à la cour desBourbons plus d'imprécations et de déclamations, qui ait eu plusd'influence sur la révolution. M. Le Roi, pièces en main, réduit cettemonstruosité à sa juste valeur. Le nom seul de Parc aux cerfs est engrande partie la cause des exagérations débitées à ce sujet. A ce nom,on se figure une sorte de sérail à la façon orientale, un immense jardinavec bosquets mystérieux, pelouses fleuries, pavillons enchantés, et unessaim de biches plus ou moins timides, poursuivies par un lubriquemonarque. Il n'est rien de tout cela: le Parc aux cerfs était le nomd'un quartier de Versailles, du quartier aujourd'hui appelé Saint-Louis,qui avait été bâti sous Louis XIV, sur l'emplacement d'un parc à bêtesfauves, datant de Louis XIII, et qui en avait gardé le nom. Quant ausérail, voici à quoi il se réduit. Vanessa Brunos sac pas cher
      Louis XV avait acheté secrètement,dans une impasse déserte de ce quartier, une petite maison bourgeoise oùpouvaient à peine loger trois personnes, et dans laquelle son valet dechambre faisait élever quelques jeunes filles ordinairement vendues parleurs parents. «Il n'y en avait que deux en général, dit madame duHausset, très-souvent une seule; quelquefois, le Parc aux cerfs étaitvacant cinq ou six mois de suite. Lorsqu'elles se mariaient on leurdonnait des bijoux et une centaine de mille francs.» Il ne paraît pasque le nombre de ces victimes, immense d'après tous les historiens, aitdépassé une trentaine, le roi n'ayant gardé cette maison que de 1755 à1771. M. Le Roi appuie cette curieuse découverte historique de piècesirréfutables, mais cela n'empêchera pas les historiens de scandales deparler des centaines de millions, et même des milliards que coûta leParc aux cerfs.10º Si la dissertation sur le Parc aux cerfs atténue, sans le rendremoins odieux, le libertinage de Louis XV, il n'en est pas de même dumorceau suivant qui renferme une notice biographique sur madame duBarry, d'après des cartons et des liasses de documents appartenant auxarchives de la préfecture de Seine-et-Oise, et à la bibliothèque deVersailles. sac vanessa bruno cuir noir On sait qu'un gentilhomme débauché et ruiné, Jean du Barry,ayant rencontré dans un mauvais lieu une fille d'une merveilleusebeauté, parvint à la faire connaître au roi qui en devint follementépris, que pour en faire une maîtresse en titre et lui donner un rang àla cour, il la fit épouser à son frère le comte du Barry. M. Le Roi nousdonne in extenso l'étrange contrat de mariage conclu à cet effet, oùl'on stipule la séparation des deux époux, où la future prend le nom deJeanne Gomard de Vaubernier, nom faux, comme nous le dirons tout àl'heure; enfin, où elle apporte en dot 30,000 livres «provenant de seséconomies», et consistant, pourrait-on dire, en outils de son métier,c'est-à-dire en diamants, perles, dentelles, «un lit complet, trenterobes et six douzaines de chemises».Après cette édifiante énumération, M. Le Roi nous donne l'état desrichesses accumulées par madame du Barry lorsqu'elle fut devenue lamaîtresse en titre du roi: 100,000 livres de rentes sur la ville deParis, la terre de Louveciennes, 40,000 livres de rentes sur la ville deNantes, etc. Madame du Barry n'avait reçu presque aucune éducation etavait les goûts de son ancienne vie, l'amour effréné de la toilette, desjolis meubles, des colifichets, des futilités. Son appartement n'étaitqu'un boudoir: M. Vanessa Bruno pliage soldes
      Le Roi nous en donne la description, et les détailsdans lesquels il entre sont à faire pâmer, à faire mourir d'envie lesplus charmantes dépensières de nos jours. Qu'on en juge par ce qu'il ditdes lieux les plus secrets de cet appartement:«Dans la garde-robe on voyait un meuble de toilette secrète à dossier,en marqueterie, fond blanc à mosaïques bleues et filets d'or, avecrosettes rouges, garni de velours bleu brodé d'or, et sabots dorés d'ormoulu, la boîte à éponges et la cuvette d'argent, deux tablettesd'encoignure aussi en marqueterie, garnies de bronzes dorés d'or moulu,et une chaise de garde-robe en marqueterie pareille aux autres meubles,la lunette recouverte de maroquin, et les poignées et les sabots dorésd'or moulu.»Le rêve de madame du Barry dura à peine six ans. Le roi mourut. Madamedu Barry, exilée d'abord dans un couvent, revint ensuite habiter sonchâteau de Louveciennes. Ses créanciers l'y poursuivirent. Légère,insouciante et prodigue malgré les libéralités du roi, elle avait1,200,000 livres de dettes.

      スポンサーサイト

      2014.01.08 Wednesday

      0
        コメント
        コメントする